Le projet coach'abondance a permis, de février 2012 à février 2016, de mettre à la disposition des professionnels de la relation des informations et articles qui concourrent à leur professionnalisation.
Le projet est clos, nous avons le plaisir de vous offrir les contributions singulières des auteurs qui ont contribué au projet.

Le palier – François Delivré

Il y avait une fois dans une grande ville une femme dans une galère pas possible, un vrai cauchemar. On peut tout imaginer de cette galère, par exemple qu’elle vient de perdre son emploi, qu’elle a de gros soucis d’argent ou qu’elle a attrapé une sale maladie. Ou qu’elle a été larguée par un homme. Ou bien, tiens, quelque chose où il n’y a vraiment plus d’espoir : une vieille maman qui vient de rentrer à l’hôpital et qui n’a presque plus de temps à vivre.

Cette femme a depuis plusieurs jours une vie à se réveiller le matin avec une seule idée en tête : que ce jour va encore être un jour de cauchemar.

Ce matin là, la femme est toute seule chez elle, habillée en pyjama vert, et elle décide de ne pas sortir et de ne rencontrer personne.

Elle se dit : « je vais m’allonger sur le canapé vert et puis m’enfiler sous la couette verte, prendre une pilule verte et dormir pour oublier mon cauchemar »

Elle se dit aussi : « si des amis venaient, ils me diraient de me secouer, de regarder au moins la télé. A quoi bon ? D’ailleurs, je n’ai pas d’amis ou si j’en ai, qu’ils me laissent tranquille ! »

Elle se dit encore : « je pourrais écouter de la musique verte mais je n’ai même pas le courage de me lever pour mettre un CD vert, ça me fatigue d’avance »

Elle en est là lorsque quelqu’un sonne à la porte. La femme verte se dit : « quel casse-pieds ! Je ne me lèverai pas. » Mais on sonne tant et tellement qu’elle va ouvrir comme ça, en pyjama vert.

C’est sa voisine, la femme en pyjama jaune, et elle a dans la main un petit récipient. « J’ai besoin, lui dit-elle à toute vitesse, d’un peu d’huile pour faire une tarte à la rhubarbe et aux litchis. »

La femme au pyjama vert dit qu’elle n’en a pas. Elle a une tête tellement triste que sa voisine, la femme au pyjama jaune, devient toute compatissante. Elle demande : « ça ne va pas ? »

« Oh non, dit la femme au pyjama vert, ça ne va pas du tout ! Je suis triste à en mourir. »

Et elle claque la porte en éclatant en sanglots.

La femme au pyjama jaune reste plantée sur le palier, toute remuée de savoir que sa voisine au pyjama vert est triste. Parce que la tristesse, vous savez, c’est contagieux.

Elle rentre chez elle et se dit : « Comment faire pour donner de l’espoir quand il n’y a plus d’espoir ? »

La femme au pyjama jaune se dit : « Ma voisine au pyjama vert me rend tellement triste que vais m’enfiler sous ma couette jaune, prendre une pilule jaune et dormir pour oublier son chagrin et le mien. »

Elle se dit aussi : « Si des amis venaient, ils me diraient de me secouer. Mais je n’en ai pas envie. Ils me diraient de regarder la télé, mais à qui bon ? Je pourrais aussi écouter de la musique jaune, mais je n’ai même pas le courage de me lever pour mettre un CD jaune, ça me fatigue d’avance »

Elle en est là lorsqu’on sonne. La femme au pyjama jaune se dit : « Quel casse-pieds ! Je ne me lèverai pas. » Mais on sonne tant et tellement qu’elle va ouvrir.

C’est une autre voisine, une femme au pyjama rose, avec une corbeille vide.

Elle a besoin, dit-elle, d’une mandarine pour faire un carpaccio de magret de canard fumé aux mandarines.

La femme au pyjama rose dit qu’elle n’a pas de mandarines, et puis elle voit la tête de la femme au pyjama jaune. Quelle tête ! Elle dit à la femme au pyjama jaune : « ça ne va pas ? »

« Oh non, dit la femme au pyjama jaune, ça ne va pas du tout ! Je suis triste à en mourir. »

Et elle claque la porte en éclatant en sanglots.

La femme au pyjama rose reste plantée sur le palier devant la porte fermée, toute triste. Parce que la tristesse, vous savez, c’est contagieux.

Elle se dit : « Comment faire pour donner de l’espoir quand il n’y a plus d’espoir ? » Elle pense : « Je vais m’allonger sur le canapé et puis m’enfiler sous la couette rose, prendre une pilule rose et dormir pour oublier le chagrin de ma voisine au pyjama jaune. »

Elle pense aussi : « si des amis venaient, ils me diraient de me secouer un peu. Mais je n’en ai pas envie … je pourrais aussi écouter de la musique rose, mais je n’ai même pas le courage de me lever pour mettre un CD rose, ça me fatigue d’avance. »

Mais, avant de s’allonger sur le canapé, elle se dit : « Je ne peux rien faire pour ma voisine au pyjama jaune, mais je peux m’offrir un petit cadeau à moi ».

Alors elle regarde son guéridon et voit un petit cheval en cristal qu’elle n’avait jamais vraiment bien regardé. C’était un cheval qu’elle avait acheté il y a longtemps, pas très joli.

Ce cheval de verre lui semble émouvant, fragile. Et puis il y a la lumière d’un lampadaire qui entre dans la pièce sombre et illumine ce petit cheval.

La femme au pyjama rose se dit : « Je vais m’offrir ce petit cheval en cristal comme cadeau de Noël même s’il est déjà à moi. Tout va mal en ce moment mais moi, j’aurai un petit coin de lumière grâce à ce cheval. Je suis complétement idiote, mais tant pis, je m’offre tout de même ce cadeau. » Elle prend le cheval et un tout petit peu de joie lui entre dans le cœur puis se met à grandir, encore plus vite qu’un Amaryllis qui pousse.

Son histoire lui semble tellement merveilleuse qu’elle ne peut pas garder ça pour elle toute seule.

Elle se dit : « Ce qui m’arrive est extraordinaire. Je ne peux pas faire grand-chose pour la femme au pyjama jaune, mais je vais tout de même lui raconter ce qui m’est arrivé. »

Elle se précipite sur le palier et sonne à la porte de la femme au pyjama jaune.

Elle sonne, sonne, resonne. Finalement, la femme au pyjama jaune lui ouvre, toujours avec sa sale tête triste. Alors, d’un seul trait, la femme au pyjama rose lui dit : « il faut absolument que je vous raconte ce qui vient de m’arriver. » Elle raconte alors l’histoire du petit cheval et ajoute: « Excusez moi, je dois vous paraître idiote. Mais c’est bientôt Noël ».

La femme au pyjama jaune est remuée. Cette histoire lui donne l’idée de s’offrir un cadeau pour elle.

Elle cherche longtemps, partout, dans ses tiroirs et dans ses armoires. Finalement, elle trouve une petite ficelle dorée de rien du tout mais qui brille à la lueur des lampes.

Un tout petit peu de joie lui entre dans le cœur puis se met à grandir, encore plus vite qu’un Amaryllis. Alors elle se dit : « Ce qui m’arrive est extraordinaire. Je ne peux pas faire grand-chose pour mon autre voisine, la femme au pyjama vert, mais je vais tout de même lui raconter ce qui m’est arrivé »

Elle sort sur le palier et sonne à la porte de sa voisine au pyjama vert, sonne et resonne. Finalement, l’autre lui ouvre avec sa sale tête triste. Alors, d’un seul trait, la femme au pyjama jaune lui dit : « il faut que je vous raconte mon histoire, ce qui vient de m’arriver, c’est extraordinaire. » Elle raconte alors l’histoire de la ficelle dorée puis dit : « excusez moi, je dois vous paraître idiote. Mais c’est bientôt Noël. »

La femme au pyjama vert écoute. Elle est toute interloquée, remercie la femme au pyjama jaune et se dit « C’est vrai qu’il n’y a plus d’espoir, mais ça n’empêche pas de se faire un petit cadeau sympathique, lumineux, chaleureux et paisible. »

Ce cadeau qu’elle s’est fait, on n’a jamais su ce que c’était. Si vous la rencontrez, elle vous dira aussi qu’un peu de joie lui était entrée dans le cœur, puis que ça avait poussé encore plus vite qu’un Amaryllis.

Parce que la vraie joie, vous savez, c’est contagieux.

Ce conte inédit a été écrit par François Delivré en 2011. François, à qui nous demandions quelques mots pour présenter le conte, nous a répondu : « Cher Emmanuel, un conte n’est pas fait pour transmettre quelque chose ! C’est même là son immense mérite par rapport aux enseignements parce qu’un enseignement, on peut être pour ou contre alors qu’une histoire, on ne peut pas. Chacun en tire donc ce qu’il veut. Je peux simplement indiquer que cette histoire a été créée le 24 décembre 2011 au soir pour une amie dont la maman était en phase terminale à l’hôpital. Mon amie était désespérée et je me demandais ce que je pouvais faire pour elle. Ce que j’espérais, c’est simplement que cette petite histoire lui amènerait un sourire aux lèvres pendant quelques instants. Les lecteurs de coach’abondance ont déjà peut être vécu cela, parfois même avec leurs clients. L’émotion ressentie : je ne sais pas, sauf que c’est aux tripes. »

Télécharger le conte


Cliquez sur ce lien pour visualiser le fichier : Le palier - François Delivré

Si vous avez aimé cet article, pensez à le partager :
Le palier - François Delivré

Merci de nous laisser un message sur le

Articles suggérés

Terminer ? Le lapin, la tortue, l’éléphant – François Delivré
François Delivré
François Delivré nous fait le plaisir de clore l’aventure de coach-abondance avec cet article sublimissime ! Un jour, Mr Lapin vint frapper ...
Le temps / François Delivré
François Delivré
A l’occasion de la sortie prochaine de son livre « Les quatre visages du temps« , François Delivré, chercheur de sagesse, nous invite ...
Les coachs et l’argent / Christian Junod
Christian Junod
Christian Junod : Bien des coachs ayant renoncé au statut de salarié sont confrontés à des questions d’argent, que ce soit ...
Butinage – Identité
Identité - Qui suis-je ?
Peut-être une nouvelle formule ? Coach’abondance butine sur le web et vous propose quelques découvertes thématiques. C’est loin d’être exhaustif … ...
Va-t’en ! – François Delivré
François Delivré
“A toutes les femmes et à leurs hommes, ce conte se suffit à lui-même, se passe de commentaire. Merci à François ...

Un commentaire

  • CARPENTIERle 3 décembre 2012  

    Très beau conte


Tous droits réservés : coach'abondance © 2012-2016